Inscription

Le Noirmont

En ligne, ainsi que jusqu'au mardi 25 septembre à:
– Librairie La Vouivre Saignelégier
– Kiosque-Papeterie des Franches-Montagnes Le Noirmont
– Tabac-Journaux Marino Filippini Les Breuleux

Ou au cinéma, 15 minutes avant le début de la séance, sous réserve des places disponibles.

Prix: CHF 40.– pour les 9 séances de la saison (CHF 30.– pour le 2e enfant, gratuit pour chaque autre enfant de la même famille)

En cas d’empêchement, possibilité de se rendre aux séances des Breuleux pour les membres du Noirmont et au Noirmont pour les membres des Breuleux

Prochaine séance

La Ruée vers l’or

Mercredi 26 septembre 2018
  1. → 14:15 (cartes rouges)
  2. → Accueil & présentation du film: 15 min avant
  3. → Durée de la séance : 1:20

Dans «La Ruée vers l’or», considéré comme l’un des dix meilleurs films de l’histoire du cinéma, Charlot part chercher de l’or dans la montagne et finit par faire fortune après bien des péripéties. Il faut le voir au moins une fois dans sa vie manger sa godasse ou faire danser des petits pains avec des fourchettes!

  1. → Charlie Chaplin, Etats-Unis, 1925
pourquoi ce film ?

Aujourd’hui, les films de Chaplin ne sont plus visibles au cinéma. Grâce à La Lanterne Magique, les enfants peuvent encore découvrir ses chefs-d’œuvre sur grand écran. «La Ruée vers l’or» est considéré par les spécialistes comme l’un des dix meilleurs films au monde.

Le premier long-métrage réalisé par Chaplin compte plusieurs scènes qui sont parmi les plus célèbres de l’histoire du cinéma. Il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie Charlot mangeant ses godasses ou faisant danser ses petits pains. La Lanterne Magique offre ainsi aux jeunes spectateurs l’opportunité de découvrir dans leur contexte ces scènes mythiques qu’ils ont peut-être vues sous forme d’extraits à la télévision.

Pour les enfants, le personnage de Charlot est l’un des plus positifs qui soit. Loin de s’apitoyer sur lui-même, il témoigne toujours d’un grand courage et d’une ténacité à toute épreuve. Il fait tout pour conserver sa dignité d’être humain. Ces caractéristiques sont très présentes dans «La Ruée vers l’or».

Ayant souffert de la pauvreté et de la faim durant sa jeunesse, Chaplin développe avec sensibilité et humour ces thèmes délicats qui sont aujourd’hui de moins en moins abordés au cinéma, surtout pour enfants.

Avec le talent qu’on lui connaît, Chaplin a réalisé un film qui exprime la souffrance qu’ont dû ressentir les chercheurs d’or qui vivaient dans des conditions extrêmes. Il y fait preuve de son génie comique habituel, mais avec un infini respect pour ses personnages.